Bienvenue sur ce site qui t'accompagne pour développer une relation de qualité avec ton enfant!

Si c'est la 1ère fois que tu viens ici, tu auras sans doute envie d'en savoir plus sur les 4 piliers pour vivre un quotidien sans cris et devenir le parent confiant et serein dont ton enfant a besoin! Clique ici pour accéder gratuitement à la formation vidéo

Comment complimenter ton enfant pour l’aider à grandir?

Féliciter son enfant sembler aller de soi pour beaucoup de parents. Par contre, ce que l’on sait moins, c’est qu’il existe plusieurs manières de complimenter. Et certaines ont un impact bien plus positif pour le développement des enfants que d’autres.

Les compliments jouent un rôle fondamental dans la construction de l'estime de soi et la motivation des enfants. Cependant, tous ne se valent pas. Une série d’expériences, menées par Baumeister, Hutton et Cairns*, a ainsi exploré la possibilité que les éloges puissent nuire aux performances ultérieures de l’enfant.

 Faut-il du coup complimenter l’enfant? Et si oui, comment le féliciter tout en favorisant son développement?

Besoin de valorisation de l'enfant

Les besoins fondamentaux

Dans les années 1940, le psychologue américain Abraham Maslow a représenté les besoins humains par une célèbre pyramide qui porte son nom. Il a établi cinq niveaux successifs de satisfaction des besoins, depuis les besoins physiologiques de base, tels que manger et dormir, jusqu’à ceux plus complexes d’estime de soi et d’accomplissement personnel.

Ses travaux ont contribué à établir le concept selon lequel l'humain poursuit la satisfaction de certains besoins essentiels pour son épanouissement.

Quand on aborde le sujet de la récompense et des félicitations, on touche aux quatrièmes besoins de cette pyramide, les besoins d’estime.

Mais c’est surtout Jacque Salomé, psycho-sociologue français, qui a mis en évidence l’importance des besoins relationnels des êtres humains. Et tout particulièrement le besoin d’être valorisé. Et malheureusement, alors que les parents accordent souvent de l'importance aux besoins physiologiques et éducationnels, les besoins relationnels ne sont absoluement pas nourris. Or ils sont primordials pour le dévloppement et l'épanouissement de l'enfant. C'est l'un des 3 piliers que je développe dans mon accompagnement de parent. Et les parents qui y accordent de l'attention en voit les bénéficies au quotidien avec leur enfant. 

La nécessaire estime de soi pour se construire

Pour être bien dans ses baskets, l’humain a besoin de se sentir:

  • valorisé pour ce qu'il fait: ses actes, ses actions, son comportement;
  • reconnu pour ce qu’il est dans sa globalité en tant qu’humain, en tant qu’enfant, pour ses qualités et ses défauts. 

L'estime de soi joue en effet un rôle essentiel dans la construction personnelle.

Elle se nourrit:

  • de la confiance en soi;
  • de l’image que l’on a de soi;
  • de l’amour que l’on se porte. S’aimer soi-même est d’ailleurs un élément essentiel pour construire des relations sociales sereines.  

L’estime de soi façonne la manière dont nous interagissons avec le monde et contribue à notre épanouissement global. 

Elle impacte:

  • le sentiment de bien-être et de confiance en soi;
  • les relations interpersonnelles, qui passent par l'acceptation de soi et des autres;
  • la motivation, puisqu’on a plus de facilité à poursuivre ses objectifs quand on sait nos efforts reconnus;
  • la résilience face aux épreuves, grâce à la force intérieure que donne l’estime de soi; 
  • la construction de l'identité parce qu'elle aide à définir qui nous sommes, ce que nous valorisons, et ce en quoi nous croyons.

L’estime de soi s’acquiert tout au long de la vie. Dans l’enfance, les compliments que peuvent formuler les adultes peuvent aider à son développement… pour peu qu’ils soient constructifs. 

Féliciter ton enfant: un acte pas si anodin

Coller des étiquettes

Les différents types de compliments

« Que tu es jolie ! »

A découvrir:   Comment être patient avec tes enfants?

« Que tu es sage ! »

« Je suis impressionnée de voir que tu as réalisé une telle construction ! »

« J’aime beaucoup les couleurs que tu as choisies pour ton dessin. » 

Perçois-tu la différence entre ces compliments ? 

Les deux premiers portent sur l’enfant lui-même: même si cela parait positif, il s'agit d'un jugement. Les deux suivants valorisent ce qu'il a fait: ses actes, ses choix. 

Les deux premiers placent (j'allais même dire enferment!) l’enfant dans une catégorie: l’enfant mignon, gentil, sage, qui ne fait pas de bruit, etc.

Les deux autres renforcent positivement l’estime que l’enfant a de lui-même. Ils participent à développer une bonne relation avec ton enfant.  

Les étiquettes qui sabotent

Les compliments qui reposent sur des jugements de valeur n’aident pas l’enfant à se construire. L’effet obtenu est contraire à celui recherché lorsque le compliment se concentre sur des caractéristiques personnelles. 

Des expressions comme :

  • « Tu es décidément très fort»;
  • « Que tu es intelligent!»;
  • « Bravo, tu es un champion»;

rangent l’enfant dans une catégorie. Même si l’étiquette semble positive et constructive, il peut arriver que l’enfant ne se reconnaît pas dans ce que son parent décrit de lui.  

Elles peuvent avoir un résultat négatif sur la motivation et l’estime de l’enfant. Ces étiquettes, parfois empreintes de stéréotypes, sont des saboteurs. En les utilisant, on range l’enfant dans une catégorie, dans laquelle il ne se reconnaît peut-être pas. 

L’enfant ne s’en rend pas forcément compte bien sûr. Par contre, il a senti que l’adulte lui portrait attention. Il va alors vouloir toujours plaire et réussir pour continuer d’avoir le retour d’affection de l’adulte. Il peut finir par se dire que s’il a une mauvaise note, ses parents ne l’aimeront plus. Il fournit des efforts pour faire plaisir à l’adulte. Le corollaire, c’est que si les éloges impliquent une pression pour de bonnes performances, cela peut nuire à l’enfant qui va stresser. S’il n’obtient pas les résultats qu’il escompte, sa confiance en lui, son estime vont se trouver altérées. 

Les compliments comparatifs sont également des saboteurs. Ils affectent en plus la construction des compétences psychosociales de l’enfant. Le parent pense souvent bien faire en les utilisant : 

  • «C’est toi qui as fait la plus belle peinture»;
  • «C’est toi qui as le mieux joué»;
  • «Heureusement que tu es là pour marquer des buts»… 

Malheureusement, il transmet en même temps un esprit de compétition malsain: celui qui vise à écraser l’autre, plutôt qu’à chercher à se dépasser soi-même et à avoir éventuellement un esprit d’équipe. 

De manière générale, les saboteurs sont néfastes pour l'estime de soi de l'enfant. Mon accompagnement de parent comprend toute une étape pour identifier les saboteurs et mesurer les impact sur l'enfant et sur la relation. Se débarrasser des saboteurs est la première étape incontournable pour accompagner ton enfant sainement et vivre une vie de famille apaisée. Pour t'aider, j'ai préparé uneformation gratuite qui te permet de franchir ce premier pas. Clique ici pour y accéder immédiatement.

Le compliment constructif et la motivation intrinsèque

Mais alors, que fait-on? Supprime-t-on les félicitations? 

Une enseignante me racontait avoir été choquée lors de sa visite dans une classe Montessori expérimentale dans une école publique. La maîtresse présentait l’activité à un élève, qui la réalisait. Que l’enfant réussisse ou pas, aucun mot n’était réellement échangé. Même pas un « bravo, tu as réussi à ranger tous les cubes du plus grand au plus petit». Certes, Maria Montessori souhaitait que l’enfant agisse par motivation intrinsèque et non pour faire plaisir à l’adulte. Elle déconseillait donc tout type de félicitation. D’où cette attitude qui avait paru si froide et réservée à l’enseignante en visite. 

C’est oublié que l’humain a besoin de valorisation et de reconnaissance

En complimentant l’enfant pour ce qu’il a accompli, l’adulte lui envoie cette reconnaissance. Les mots décrivent et précisent ce qui a été fait. Par exemple, au lieu de dire «tu es intelligent», on peut dire «j'ai remarqué comment tu as résolu ce problème de manière astucieuse». 

On met en avant l’effort, le processus, la compétence, la qualité, plutôt que le simple résultat. En reconnaissant le travail de l’enfant, ses efforts, sa persévérance, on développe sa motivation intrinsèque. À travers ses mots, l’adulte lui renvoie des encouragements et du renforcement positif. Ces compliments favorisent une attitude positive envers l'apprentissage et la prise de risques. On nourrit l’enfant d’une vision positive de lui-même, on augmente sa confiance en lui et son amour de lui-même. 

A découvrir:   Glossaire en parentalité

Comment féliciter ton enfant pour l’aider à bien grandir?

Valoriser les efforts

Valoriser les efforts de ton enfant

Les recherches scientifiques

Dans son livre Osez réussir!, Carol S. Dweck partage les nombreuses expériences scientifiques qu'elle a menées sur l'état d'esprit. Elle distingue l'état d'esprit fixe de l'état d'esprit de développpement. Elle explique de manière édifiante que "dire à des enfants qu'ils sont intelligents a fini par les amener à se sentir plus bêtes et à agir plus stupidement, tout en prétendant qu'ils étaient intelligents".

Une étude a montré que féliciter les enfants pour leurs capacité a abaissé leurs scores de Q.I

Selon cette professeure de psychologie sociale, "complimenter l'intelligence ou le talent de l'enfant, aussi tentant que cela puise être, fragilise sa confiance et sa motivation".

Elle recommande fortement de valoriser le processus, ce qui permet de développer le potentiel de l'enfant.

Comment valoriser les efforts

Les compliments envers son enfant ne sont donc pas à bannir. Mais ils sont à manier en connaissance de cause. 

Voici quelques bonnes pratiques à mettre en place pour bien valoriser ton enfant sans utiliser de jugements:

1- Préfère le «Je»

Utiliser le «Je» pour féliciter ton enfant peut aider à construire un compliment constructif et à sortir du jugement de valeur.

Cela permet de ne plus dire «Tu es jolie avec tes cheveux bien coiffés comme ça» et de valoriser en disant «J’aime beaucoup la façon dont tu as coiffé tes cheveux». 

2- Choisis des mots descriptifs et précis sur ce que tu souhaites valoriser.

Par exemple, au lieu de dire simplement "Bon travail", mentionne ce que tu as trouvé remarquable : "Ton dessin est très créatif, j'aime particulièrement comment tu as utilisé les couleurs."

Il s'agit d'être spécifique car il est important de valoriser un comportement précis.

3- Focalise toi sur l'effort et le processus physique, intellectuel, plutôt que le résultat.

Il est plus important de reconnaitre l'investissement qu'a fourni ton enfant plutôt que de voir exclusivement sa réussite.

À cet âge, les enfants commencent à comprendre la valeur du travail acharné. Un message tel que "Je suis vraiment impressionné par l'effort que tu as mis dans ce projet" peut être très encourageant.

4- Encourage la prise d’initiative et l’autonomie

Les enfants de cet âge commencent à développer leur indépendance. Un message comme "J'ai remarqué que tu as fait tes devoirs sans que je te le demande, c'est génial !" renforce les comportements autonomes.

De même, lorsque ton enfant a exécuté une routine sans que tu aies eu à répéter 1000 fois (comme aller se brosser les dents ou ranger les chaussures dans le placard de l'entrée), même si cela te parait normal qu'il ait agi de la sorte, n'hésite pas à le valoriser. Cela l'encouragera à réitérer.

5- Utilise des mots
  • stimulants, motivants pour le développement, en dépassant la simple louange de compétence;
  • positivement impactants sur la confiance en soi et l'estime de soi;
  • basés sur l'observation.

Partager la fierté de ton enfant

Par ailleurs, les enfants aiment être accompagnés dans la joie que leur procure leur réussite. 

Une maman me racontait que sa petite fille, qui souffrait d’un léger handicap moteur, peinait à coller des gommettes. Dès qu’elle réussissait à en poser une, parfois après plusieurs dizaines de secondes d’effort, elle criait de joie et s’applaudissait. Sa joie était contagieuse. La maman partageait son bonheur avec elle. Cette empathie fait partie de l’acte qui complimente efficacement. L’enfant reçoit une attention liée à ses ressentis, aux émotions agréables qu'il vit. Et il obtient aussi de l’admiration pour sa réussite. Cet échange, finalement non verbal, renforce chez l’enfant sa confiance en lui et l’image qu’il perçoit de lui-même dans le regard de l’autre. 

Lorsqu'un enfant se sent reconnu et encouragé, sa motivation pour progresser s'accroît.

Résumé: 6 attitudes bénéfiques pour ton enfant

Encourager le processus

Féliciter un enfant âgé de 6 à 11 ans est un élément essentiel de son éducation, contribuant à son développement émotionnel et à sa confiance en soi.

#1: Complimenter l’effort plutôt que l’intelligence

Valoriser l'effort et l'amélioration plutôt que l'intelligence ou le talent inné.

Au lieu de dire "Tu es si intelligent", il est préférable de dire "Tu as travaillé si dur sur cela". Cela aide les enfants à comprendre que leurs efforts conduisent à la réussite, et non pas que le succès est simplement le résultat d'une intelligence innée.

A découvrir:   Comment renforcer le lien parent-enfant?

#2: Encourager la persévérance

Je t'invite à encourager ton enfants à faire face aux défis et à persévérer face aux difficultés. Cela l'aide à voir les défis comme des opportunités d'apprentissage plutôt que comme des menaces à son intelligence ou à son talent.

#3: Valoriser le processus d’apprentissage

Il s'agit de mettre l'accent sur le processus d'apprentissage, y compris l'effort, les stratégies utilisées et la concentration, plutôt que sur le résultat final.

#4: Utiliser les échecs comme des opportunités d’apprentissage

Pour cela il convient d'accompagner les enfants à voir les échecs non pas comme des reflets de leur capacité, mais comme des occasions d'apprendre et de grandir. Les échecs sont des étapes naturelles dans le processus d'apprentissage.

#5: Éviter les étiquettes

J'appelle à nouveau ton attention sur les dangers des étiquettes, même lorsqu'elles paraissent positives. Essaie de t'abstenir d'étiqueter tes enfants comme "intelligents" ou "talentueux", car cela peut les conduire à éviter les défis de peur de ne pas répondre à ces étiquettes.

#6: Encourager l’autonomie et l’indépendance

Permettre aux enfants de prendre des initiatives et de résoudre des problèmes par eux-mêmes, ce qui renforce leur confiance en leur capacité à apprendre et à s'améliorer.

En adoptant ces 6 attitudes, tu peux aider ton enfants à développer confiance en lui et goût de l'effort, ce qui est essentiel pour réussir et s'épanouir tout au long de la vie.

Ces articles pourraient également t'intéresser:

Glossaire en parentalité
Comment éduquer sans punir?

N'hésite pas à poser tes questions en commentaires et à me dire ce que tu as pensé de cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Pour réduire les indésirables, ton adresse mail est nécessaire mais elle ne sera ni publiée, ni enregistrée et jamais utilisée pour t'envoyer des mails.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

PARTAGER

>