Bienvenue sur ce site qui t'accompagne pour développer une relation de qualité avec ton enfant!

Si c'est la 1ère fois que tu viens ici, tu auras sans doute envie d'en savoir plus sur les 4 piliers pour vivre un quotidien sans cris et devenir le parent confiant et serein dont ton enfant a besoin! Clique ici pour accéder gratuitement à la formation vidéo

Comment développer une bonne relation avec ton enfant entre 6 et 11 ans?

Tu imaginais peut-être que ton enfant grandissant, le quotidien allait devenir plus facile. Plus de frein lié au langage, une meilleure autonomie, une meilleure compréhension des règles… mais en fait, les conflits sont trop fréquents à ton goût. Alors comment avoir une bonne relation avec ton enfant? Pourquoi ces disputes?

Entre 6 et 11 ans, l’enfant traverse des phases de croissance et d'affirmation de soi. Il peut donc exprimer son désaccord. Cependant, maintenir une relation parent-enfant harmonieuse durant cette période est possible. L’une des clés est de trouver un équilibre entre la nécessité de fixer des règles et la compréhension des besoins et des émotions de l'enfant.

Les changements entre 6 et 11 ans

6 et 11 ans, 2 âges loin d’être anodins

6 ans, c’est environ l’âge de l’entrée au cours préparatoire, le passage de la maternelle à l’élémentaire, avec l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. C’est souvent vécu comme un moment important, tant pour l’enfant que pour ses parents. Il passe à « l'école des grands ». De fait, les règles évoluent, l’enfant doit faire preuve de plus en plus d’autonomie. De plus, dans la cour, la présence de nombreux enfants plus âgés (5 années d’écart quand même), plus grands en taille, peut impressionner. 

Et tout juste 5 ans après, à 11 ans, nouveau changement avec le passage au collège. Une organisation toute nouvelle de la scolarité s’impose à ton enfant. Il va devoir se déplacer dans la journée de salle en salle et rencontrer plusieurs professeurs. Il doit respecter un emploi du temps, se repérer dans l'établissement, faire preuve d'initiatives.

Et entre ces 2 âges, que de changements pour ton enfant…. Et pour toi aussi du coup !

L’enfant revendique plus d’indépendance 

Fini le statut de « bébé » ou de « grand de l’école maternelle » ! Pendant les 5 années de l’école primaire, l’enfant va développer sa vie personnelle, avec son groupe de camarades, à l’école et/ou lors de ses loisirs.  Les enfants de cet âge accordent de plus en plus d'importance à l'amitié

Entre 6 et 11 ans, ton enfant grandit. Dans la majorité des cas, l’enfant prend de l’assurance et s’affirme. Il s’émancipe de plus en plus. Mais chaque enfant évolue à son rythme.  Certains enfants prennent d’eux-mêmes de plus en plus de responsabilités. D’autres devront être soutenus sur le chemin de l’autonomie plus ou moins longuement.  Quelques enfants font leurs devoirs tout seuls, rangent leur chambre, aident spontanément aux tâches ménagères, préparent seuls leur cartable. Mais c’est loin d’être la règle. Et chaque enfant est différent. Tu as peut-être encore des difficultés à t’organiser en tant qu’adulte, alors imagine la difficulté pour ton enfant de préparer son sac de cours! Oui, l’enfant revendique plus d’indépendance, mais selon son tempérament, il peut avoir encore besoin de beaucoup d’assistance, d’accompagnement, de guidage.

Il commence à développer une conscience plus claire de son identité personnelle. Il désire faire des choses par lui-même, prendre ses propres décisions et commence à questionner les règles établies. Il exprime ses goûts, ses envies, ses opinions.

Mais ses émotions sont encore parfois difficiles à traverser. Cela requiert de l'écoute, du respect, des encouragements.

De temps en temps, cette quête d'autonomie peut conduire à des conflits autour de sujets tels que les règles ou les responsabilités.

Pour commpléter tu peux lire l'article: Comment se faire obéir sans s'énerver.

Ce qui est vraiment aidant, c’est d’apprendre à naviguer à travers ces situations délicates. Le développement de l'autonomie est à encourager, oui, et en même temps fixer un cadre clair et approprié afin de garantir la sécurité et le bien-être de l'enfant reste un pilier pour accompagner ton enfant sur le chemin de la vie.

A découvrir:   Culpabilité parentale: comment s’en libérer?

 Une maman me confiait qu’elle avait l’impression d’être en équilibre sur un fil : laisser son fils expérimenter par lui-même en lâchant suffisamment la bride en fonction de ce qu’elle l’estimait en mesure de faire seul et continuer de le guider, de le soutenir dans ses apprentissages (pas seulement scolaires !). Bien sûr, tout en gérant ses propres angoisses, car laisser son enfant aller seul à l’école, c’est accepter de ne plus avoir le contrôle.

Il ne s'agit pas de contrôler chaque aspect de la vie de l'enfant, mais plutôt de l'accompagner, de le guider.

L’enfant change physiquement

De 6 à 11 ans, ton enfant poursuit aussi son développement physique. C'est l'âge où les enfants peaufinent leur motricité fine grâce à des activités comme écrire, dessiner, jouer d'un instrument ou bricoler. Les enfants de cette tranche d'âge sont souvent très actifs. Ton enfant va continuer sa croissance, mais pas forcément au même rythme que les autres. Dans la cour, garçons et filles sont confrontés à des plus grands et plus âgés qu’eux, au quotidien. Leur taille peut alors les gêner, surtout si elle devient un sujet de moqueries. Ils peuvent être complexés, soit parce qu’ils sont encore petits, soit parce qu’ils dépassent tout le monde d’une tête. Du côté des filles, certaines peuvent manifester les premiers signes de puberté. Ces changements corporels peuvent perturber.

Pendant ces 5 années, l’enfant peut avoir besoin de :

  •  confier ses ressentis;
  • demander de l’aide si nécessaire;
  • s’affirmer aussi face à des remarques irrespectueuses.

Développer une relation apaisée et ouverte avec ton enfant lui permettra de venir vers toi à chaque fois qu’il en ressentira le besoin.

Mais comment instaurer une relation sereine avec ses enfants ?

Développer une relation de qualité avec ton enfant

Relation père enfant

Une relation de qualité repose sur plusieurs piliers, mais 2 sont importants ici :  

  • une confiance mutuelle ;

  • l’écoute.

Ces 2 éléments permettent d’accompagner ton enfant dans les étapes structurantes qu’il va traverser entre 6 et 11 ans. En parallèle, la relation permet de nourrir 2 besoins fondamentaux des enfants ;

  • savoir que son parent est là pour le soutenir et lui apporter de l’aide ;

  • être soutenu dans ses réussites comme dans ses difficultés.

Tout cela lui permet de vivre l’amour inconditionnel d’un parent.

Doser l’accompagnement de ton enfant

Même si le passage à l’école primaire est une véritable étape pour l’enfant (et pour le parent), il n’y a pas à modifier radicalement la relation que tu as avec ton enfant. L’idéal est de faire évoluer celle que vous vivez au quotidien.

Si ton fils ou ta fille grandit et devient plus indépendant, tu continues d’être son guide, de servir de modèle, de nourrir sa culture, sa réflexion. Et c’est par mimétisme et à partir de tout ce qu’il vit, qu’il va se construire en adulte de demain et développer son libre arbitre.

Je t’invite à doser l’accompagnement que tu proposes à ton enfant en fonction de son évolution. Et celle-ci est propre à chaque enfant.

Prenons l’exemple du cartable. Ce n’est pas parce qu’un enfant entre au CP qu’il saura préparer son sac de classe tout seul. Et chaque enfant est profondément différent. Peut-être que certains auront encore besoin d’aide en sixième. Et ce n’est en rien un problème. L’important est de proposer à ton enfant l’aide dont il a besoin pour arriver à préparer son cartable tout seul. Car j’ai la certitude qu’il réussira à le faire seul! C’est une question de tempo propre à chaque enfant, pas une question de deadline imposée à respecter! Le rôle d’un parent pour amener son enfant vers l’autonomie est de dialoguer avec lui pour trouver ensemble des solutions qui l’aideront lui (check-list, préparation seule, puis vérification ensemble, etc.).

Maintenir une écoute de ce que vit l’enfant

Qu’est-ce qui se cache derrière ces termes?

Écouter ton enfant, c’est écouter ce qu’il vit, traverse et ressent. Malgré la course du quotidien, l’écoute active  de ton enfant est un formidable outil pour l’accompagner dans son développement. De mon point de vue, il est plus important que l’enfant sache qu’il aura toujours du temps pour partager ce qu’il vit et traverse plutôt que d’avoir le ménage réalisé de manière parfaite. Si ton enfant expérimente que tu auras du temps à lui accorder pour l’écouter, il sera alors plus à même de se confier, d’échanger, de partager ses pensées et sentiments

A découvrir:   Comment être patient avec tes enfants?

Prendre en compte l’avis de l’enfant

Prendre en compte l'avis de l'enfant

Pour l’aider à prendre de l’assurance

En permettant à ton enfant de donner son opinion, tu l’aides à grandir.

Cela ne signifie pas qu’il aura le dernier mot sur toutes les décisions. Mais c’est structurant dans la construction du futur adulte qu’il est, d’expérimenter qu’il peut donner son avis, que ses arguments ont de la valeur aux yeux des autres, même si c’est une autre décision qui a été adoptée.

Qu’est-ce que j’entends par prendre en compte son avis lorsqu’il l’exprime?

Cela peut concerner une situation bénigne comme choisir si on fait un gâteau au chocolat ou des crêpes pour le goûter. Tenir compte de son avis, c’est le laisser choisir ses vêtements, par exemple. Tu lui permets ainsi de s’affirmer et de prendre confiance en lui. Tu ne lui imposes pas tes goûts, tes envies, tes préférences. C’est aussi l’occasion de montrer que tu respectes sa personnalité, son caractère, son style. Cela permet d’évoquer la météo qu’il fera pour s’habiller en conséquence. Lorsqu’il est encore jeune, vous pouvez le faire à deux. 

Prendre en compte son opinion, c'est aussi l’impliquer dans les décisions familiales qui le concernent. Cela peut concerner les vacances, les sorties, les repas, les trajets scolaires et extrascolaires...

Prenons l’exemple du déplacement jusqu’à l’école le matin, puis le soir. Imaginons que, suite à des changements d’organisation, ton enfant va dorénavant devoir y aller seul. Il est en CM1, il n’a pas long à parcourir, et c’est sur le même trottoir.

  • Peut-être que lui n’attend que ça et cela ne posera donc guère de problèmes. C’est probablement plus toi qui vas chercher à te rassurer en lui demandant d’appeler le soir une fois qu’il sera rentré, qui en parlera à l’enseignant, à d’autres parents afin qu’ils soient au courant.

  • Peut-être qu’à l’inverse, il redoute ce changement. Dans ce cas, il est important pour lui de pouvoir parler et se confier sur cette difficulté qu’il vit. Et dans ce cas, je t’invite à lui apporter toute ton attention pour trouver une solution qui progressivement lui permettra de faire ce trajet. Par exemple, vous pouvez étudier quels sont les autres copains qui prennent ce chemin ou quels parents pourraient passer le récupérer le matin et le déposer le soir. 

Il n’y a pas LA bonne solution. Il y a LA solution qui convient à TON enfant.

Tous ces sujets peuvent être abordés au cours des conseils de famille. Chacun peut y exprimer les avantages et inconvénients qu'il perçoit.  Et c'est ensemble que la famille élaborera des solutions. Le conseil de famille est un bon moyen pour valoriser les idées, suggestions et propositions des enfants. 

Pour renforcer la relation parent-enfant

De tels échanges développent le respect mutuel et la relation parent-enfant. Cela lui donne confiance en ses capacités et développe son estime de lui-même: oui, il est en mesure de défendre son point de vue, d’expliquer ce qui s’est passé, ce qu’il a ressenti. 

Il sait aussi que de ces échanges, il ne ressortira pas forcément avec le dernier mot, mais avec des solutions. Car ton rôle ne se bornera pas à l’écouter et à lui répondre oui ou non. Si ton enfant t’expose un problème ou en manifeste l’existence par ses mots ou son comportement, il est possible d’envisager ensemble quelles solutions mettre en place.

Adapter le cadre à l’évolution de son enfant

Adopter le cadre à l'âge de l'enfant

L'enfant grandit, s'émancipe. Plus besoin de cadre donc? Oh que non, bien au contraire. Il est plus que nécessaire. Poursuivre l’accompagnement entamé dès la petite enfance sur le chemin de l’autonomie ne rime pas avec laxisme. Pour se construire, l’enfant de 6 à 11 ans a toujours besoin d’un cadre et de règles. Son développement nécessite des routines sécurisantes. C’est aussi grâce à cela que tu peux lui transmettre les valeurs importantes à tes yeux, comme, le respect, la politesse, la solidarité, l’entraide, la bienveillance, etc.

Selon l’âge, certaines règles peuvent évoluer. D’ailleurs, il se peut que ton enfant remette en cause une règle, car elle n’est plus adaptée à son âge. Il peut ressentir de l’injustice ou de l’infantilisation par rapport à certaines habitudes. C’est la raison pour laquelle il est indispensable de questionner la pertinence de leur maintien et d’envisager de les faire évoluer. Par exemple, si l’heure pour aller se coucher était 20 heures, l’enfant grandissant, il n’a pas encore sommeil et vous pouvez prévoir d’aménager l’heure du coucher. L’un des signes qu’une règle devient inadaptée à l’âge de ton enfant peut être qu’il commence à ne plus la respecter. Plutôt que finir en porte qui claque et en conflit, faire évoluer le cadre permet également d’accompagner les nouvelles capacités de ton enfant. 

A découvrir:   Passer du temps de qualité avec ton enfant: explications

Effectivement, ton enfant grandit, mûrit et certains principes demandent peut-être juste à être adaptés. Prenons l’exemple des écrans. Il peut arriver qu’à partir de l’élémentaire ton enfant ait des exposés à faire qui requièrent quelques recherches à la bibliothèque, voire sur internet. Toi qui avais limité les écrans à un dessin animé par jour, tu vas devoir probablement aménager cette condition. C'est aussi typiquement à cet âge que certaines applications éducatives et ludiques peuvent s'avérer fort efficaces pour aider ton enfant dans ses apprentissages et révisions. Tout n'est pas à jeter dans le numérique éducatif. Quelques évolutions des règles peuvent être mises à l'ordre du jour d'un prochain conseil de famille... 

Avoir une bonne relation avec ton enfant en passant du temps ensemble

Relation mère enfant

Ce qui est important n’est pas la quantité de temps passé ensemble, mais la qualité des moments partagés. C’est à toi de trouver avec ton enfant, ce qui vous convient à tous les deux

  • jouer à deux;
  • lire des histoires;
  • aller au cinéma;
  • sortir au musée;
  • visiter un château;
  • vous balader en forêt ou au parc;
  • faire du vélo;
  • cuisiner un gâteau avec toi;
  • réaliser ensemble un bricolage ou un tableau à la peinture

Pour que ces expériences nourrissent la relation parent-enfant, il est important qu’aucun obstacle ne vienne la parasiter. Le téléphone est malheureusement l’un des pires en la matière. Si l’on sort se promener en forêt, ce n’est pas pour passer son temps à discuter au téléphone avec quelqu’un. Pour que cet instant soit réellement profitable, connecte-toi à ton enfant, émerveillez-vous ensemble de la nature qui vous entoure.

Pour approfondir le sujet de la relation entre parents et enfants, je t’invite à lire l’article Comment renforcer le lien parent-enfant ?

Comme nous l’avons vu au cours de cet article, en plus de ces activités riches, variées, et surtout partagées avec tes enfants, tu peux avoir toute une réflexion sur ta posture de parent, sur les valeurs que tu souhaites leur transmettre et sur la meilleure manière pour y parvenir.

Ainsi, en synthèse, pour développer des relations saines et apaisées au sein de la famille avec tes enfants, tu peux:

  • comprendre comment l’enfant grandit et te mettre à sa hauteur, c’est-à-dire à sa place, comme l'explique Marion Cuerq, spécialiste du modèle éducatif suédois, et de fait, adopter une posture respectueuse de l’enfant;
  • lui accorder un temps de qualité, d’écoute, d’échange, de partage, de parole… sans élément perturbateur;
  • lui faire confiance;
  • ne pas projeter tes propres attentes sur lui;
  • le soutenir et l’encourager, aussi longtemps que nécessaire;
  • adapter ton intervention à son évolution; 
  • être au clair avec les règles fixées et les valeurs que tu souhaites transmettre.

Pas besoin de faire preuve d’autoritarisme pour que ton enfant t’écoute et applique les règles de savoir vivre et le cadre de ta vie de famille. Je t’invite à ouvrir tes oreilles et ton cœur, et c’est ainsi que ton enfant en fera autant. En montrant l’intérêt du respect de certaines règles, ton enfant saisira le sens de ses actions. 

Ces articles pourraient également t'intéresser:

Glossaire en parentalité
Comment éduquer sans punir?

N'hésite pas à poser tes questions en commentaires et à me dire ce que tu as pensé de cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Pour réduire les indésirables, ton adresse mail est nécessaire mais elle ne sera ni publiée, ni enregistrée et jamais utilisée pour t'envoyer des mails.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

PARTAGER

>