Bienvenue sur ce site qui t'accompagne pour développer une relation de qualité avec ton enfant!

Si c'est la 1ère fois que tu viens ici, tu auras sans doute envie d'en savoir plus sur les 4 piliers pour vivre un quotidien sans cris et devenir le parent confiant et serein dont ton enfant a besoin! Clique ici pour accéder gratuitement à la formation vidéo

Éduquer sans punir, pour construire des relations familiales saines

Comment éduquer sans punir? Voilà une question que se posent les parents lorsque les comportements inappropriés et les “bêtises” s’accumulent et que l’énervement monte.

Face à des comportements indésirables ou des crises, il est fréquent de se sentir dépassé, sans outils adaptés pour répondre efficacement. Et faute de savoir faire autrement, les vieilles méthodes d'éducation ressortent. Avec les punitions comme seul moyen rapide pour “corriger” les comportements indésirables.

Mais il existe une autre voie. Une voie qui n’est pas celle du laxisme ou de “laisser-faire”. Bien au contraire, car les comportements inappropriés ne sont pas pour autant tolérés ou acceptés! Mais ils reçoivent une réponse qui respecte l'intégrité et les besoins de ton enfant. Et en plus, cela renforce votre relation.

Alors oui, éduquer sans punir, c’est possible! Dans cet article, tu découvriras pourquoi et comment adopter cette approche bienveillante. Mais avant, comme à mon habitude, je souhaite clarifier ce dont nous parlons…car une fois de plus, entre punition, sanction, réparation, conséquence… on se perd dans tous ces concepts!

Au programme dans cet article

Distinction punition, sanction, réparation, conséquence

Time-out

Je ne sais pas si en matière d’éducation il y a un domaine où le flou sémantique est aussi important que lorsqu’il s’agit de parler de punition, de sanction, de réparation et de conséquence!

Faisons le tri dans ces notions pour utiliser les bons mots.

Les punitions

Définition

Punir c’est infliger quelque chose de désagréable en réaction à un comportement inapproprié ou inacceptable.

Il peut s’agir de priver l’enfant de quelque chose ou au contraire de l’obliger à exécuter une tâche.

L’objectif serait de dissuader l’enfant de recommencer. On espère que grâce à la punition, il comprendra qu'il vaut mieux qu'il adopte le comportement demandé.

Attention, les tapes, gifles et fessées sont des châtiments corporels et n'entrent pas dans la catégorie des punitions! Ce sont des violences physiques qui sont interdites par la loi et sanctionnées pénalement.

Caractéristiques

Ce qui caractérise une punition c’est qu’elle tombe de nulle part. Elle est complètement arbitraire!

Cela peut se produire dans 3 cas de figure:

1- La punition n’est pas connue à l’avance

Par exemple, ton enfant ne met pas la table alors que c’est son tour dans le planning.

Tu improvises et tu lui dis:  tu mettras la table 3 jours de suite. (tâche à réaliser qui n’est pas connue à l’avance)

Très souvent, la punition tombe car le parent se sent démuni et ne sait pas comment réagir face aux comportements de son enfant. Et c’est normal car avant d’avoir un enfant, on n’a jamais appris à être parent! La solution est d’apprendre à se faire obéir sans crier et de développer ses compétences parentales!

2- La punition est disproportionnée par rapport au comportement jugé inacceptable

Par exemple ton enfant n’éteint pas la console de jeu alors que tu lui as demandé 3 fois.

Tu lui dis: tu es privé de console pendant 1 an. (privation disproportionnée)

Même si cette règle a été posée à l’avance et que ton enfant la connaît, priver d’écran pendant 1 année est disproportionné.

Comment distinguer ce qui est proportionné de ce qui est disportionné? C’est très subjectif en effet… Chaque famille aura ses propres repères pour faire la distinction entre les 2.

3- La punition est sans rapport avec ce comportement

Par exemple, ton enfant ne range pas sa chambre alors que tu lui as demandé de le faire.

Tu lui dis: tu n’iras pas à l’anniversaire d’Hugo (privation sans rapport avec le comportement) 

Il n’y a aucun lien entre ranger sa chambre et aller à l’anniversaire d’un copain…

J’aurais pu prendre plein d’autres exemples:

  • priver d’écran lorsque l’enfant a eu une mauvaise note à l’école;
  • ne pas lire une histoire si l’enfant ne s’est pas brossé les dents;
  • ne pas regarder de dessin animé si l’enfant n’a pas fini son assiette ou s’est mal tenu à table…

à chaque fois, la punition est sans rapport avec le comportement.

Les sanctions

Comme pour la punition, la sanction inflige quelque chose de désagréable (une tâche à réaliser ou une privation).

Mais à la différence des punitions, la sanction est connue à l’avance, proportionnée et en rapport avec la règle qui n’a pas été appliquée. Une sanction ne peut donc être fixée que si la règle ou le comportement à avoir est clair pour tout le monde!

A découvrir:   Maman solo: comment élever seule ton enfant?

Si l’une des 3 caractéristiques manque (connue à l’avance / proportionnée / en rapport avec larègle), ce n’est plus une sanction mais une punition.

Par exemple, si la règle est que ton enfant a le droit de regarder un dessin animé pendant 30 minutes en fin d’après-midi le dimanche. Ton enfant connaît cette règle et tu as indiqué que s’il n’éteint après un premier rappel, il sera privé de 10 minutes d'écran le dimanche suivant. 

Cette privation de 10 minutes est connue à l’avance, proportionnée et en rapport avec le comportement à avoir, c’est à dire avec la règle à appliquer.

Parfois le terme “conséquence logique” est utilisée pour désigner les sanctions.

Aucune étude scientifique n’a démontré un impact négatif sur les enfants de plus de 5 ans lorsque la sanction est connue à l’avance, proportionnée et en rapport avec le comportement inapproprié.

Il n’y a aucune obligation de recourir aux sanctions avec ses enfants. Mais attention, lorsqu'on décide de les mettre en place, il est important de garder cohérence et constance. Auterment dit, si une sanction est énoncée à l’avance, il faut l’appliquer. Si le parent n’arrive pas à appliquer la sanction, il est préférable de ne pas en énoncer à l’avance.

Les réparations

Lorsque le comportement inapproprié a eu des conséquences désagréables, la réparation vise à demander à l’enfant de faire quelque chose pour compenser les désagréments.

Par exemple, si ton enfant lors de son bain met de l’eau en dehors de la baignoire et éclabousse partout, la répartition sera de lui demander d’éponger le sol. 

La réparation responsabilise l'enfant. Elle lui enseigne que lorsque son comportement a des effets négatifs, il doit agir pour faire en sorte de réparer les dégats.

Il ne s’agit dans ce cas, ni d’une punition ni d’une sanction mais bien d’une réparation.

Parfois il peut y avoir à la fois une sanction et une réparation car elles ne poursuivent pas le même objectif.

Par exemple si la règle est que ton enfant doit jouer calmement dans le bain sans inonder la salle de bain, il peut y avoir une sanction: l’obligation de sortir immédiatement du bain et une réparation: éponger l’eau.

Parfois en fonction de la situation ,il n’est pas possible de compenser complètement les désagréments. 

Par exemple si ton enfant a jeté un verre par terre, selon son age il ne sera pas possible de lui demander de racheter un verre mais tu peux lui demander de balayer les morceaux.

Il ne faut pas confondre la réparation avec l’apprentissage des démarches d’excuses et de pardon.

Par exemple si ton enfant a tapé son petit frère, demander de faire un bisou ou de présenter ses excuses n’est pas une réparation. Il s’agit d'amener ton enfant à reconnaître qu’il a mal agit et à réaliser une démarche vis à vis de son frère mais en aucun cas il ne sagit d’une réparation. 

Que penser du time-out?

Le time-out, c’est quoi?

Le time-out (temps mort en français)  a fait couler beaucoup d’encre… Il s’agit d’isoler temporairement un enfant dont le comportement est problématique.

Les experts en parentalité ont des avis radicalement opposés sur cette pratique. Prôné par certains comme ayant des vertus pédagogique, décrié par une partie des partisans de l'éducation bienveillante qui y voient un danger pour l’enfant, difficile de s’y retrouver… Alors, faut-il l’utiliser pour gérer les enfants difficiles ou au contraire ne jamais y avoir recours?

La réponse est nuancée. Et heureusement,  on peut se reposer ici sur une littérature scientifique en neuropsychologie pour se faire son opinion.

Le time-out est l’abréviation de “time-out from positive reinforcement”, c’est à dire un temps mort pendant lequel l’enfant ne bénéficie plus du renforcement positif de son environnement pendant une durée déterminée (de 1 à 4 minutes).  Cette technique est proposée par des programmes de discipline positive anglo-saxonne pour renforcer les comportements constructifs de l’enfant. Le time-out est alors un outil parmi d’autres pratiques éducatives.

L’encadrement du time-out?

L'utilisation du time-out est bien cadrée:

  • l’enfant doit être averti que le time-out peut être utilisé lorsqu’un comportement inapproprié survient,
  • le time-out ne doit être utilisé que pour des comportements dont l’enfant a le contrôle (jamais pour une incapacité à accomplir quelque chose, un manque de compréhension, une erreur ou la peur),
  • la durée ne doit pas excéder 5 minutes,
  • l’enfant est placé dans un lieu peu stimulant (marche d’escalier, chaise…) de telle sorte que le parent conserve la possibilité de le voir,
  • le time-out est suivi d’un dialogue bienveillant avec l’enfant sur le comportement qui est attendu,
  • le time-out doit faire partie d’une méthode comportementale complète comprenant d’autres outils et promouvant la non-violence.

L’efficacité du time-out est conditionnée à 4 éléments:

  • la capacité du parent à garder son calme,
  • la mise à l’écart doit est présentée à l’enfant comme un moyen de faire une pause en vue de pouvoir reprendre un échange constructif,
  • il s’agit d’expliciter clairement le comportement souhaité sans s’attarder sur le comportement inapproprié,
  • le maintien d’une relation chaleureuse avec l’enfant.

On est bien loin du “file dans ta chambre pour te calmer!”

Bien pratiqué, le time-out est certainement plus efficace qu’une punition et beaucoup moins dommageable pour l'enfant. Pour autant, le time-out n’est pas indispensable. Et rassurons les parents: aucune étude de neurosciences n’a montré que le time-out (bien mis en pratique) pourrait endommager irréversiblement le cerveau d’un enfant! Libre à vous de l'utiliser, à condition de bien appliquer le vrai time-out, ce qui n'est pas toujours facile.

A découvrir:   Comment gérer les devoirs à la maison: 9 conseils pratiques

Pourquoi éduquer sans punir?

Eduquer sans punir

Déconstruire de fausses croyances profondément ancrées dans notre culture éducative est essentiel pour avancer vers une pratique éducative plus empathique et efficace.

En reconnaissant que les enfants apprennent mieux dans un cadre de respect mutuel et en comprenant que la discipline peut être maintenue sans recourir à la punition, les parents peuvent établir des fondations solides pour le développement émotionnel et social de leurs enfants.

Remettre en cause certaines croyances

Un des malentendus les plus répandus au sujet de l'éducation sans punition est l'association erronée entre cette approche et une forme de permissivité ou de laxisme.

Certains peuvent craindre qu'en éliminant la punition, on retire toute forme de structure ou de limites nécessaires à l'éducation de l'enfant. Cependant, éduquer sans punir ne signifie pas laisser l'enfant agir sans repères ni conséquences.

Deux idées reçues particulièrement tenaces méritent d'être examinées et démontées.

“Les enfants ont besoin de punitions pour apprendre”

Cette croyance repose sur l'idée que la peur de la punition est un moteur d'apprentissage efficace.

Cependant, les recherches en psychologie de l'éducation et en neurosciences montrent que si la peur peut effectivement conduire à une modification temporaire du comportement, elle n'encourage pas un apprentissage profond ou la compréhension des raisons sous-jacentes à nos actions.

L'apprentissage véritable survient dans un environnement sécurisant, où l'enfant se sent soutenu et compris, non menacé.

“Sans punition, les enfants deviendront incontrôlables”

Cette idée repose sur une confusion entre la discipline et la punition. Beaucoup pensent que sans punition, il n'y a pas de discipline et que les enfants, laissés à eux-mêmes, agiront sans considération pour les règles ou les autres.

En réalité, l'éducation sans punition ne signifie pas l'absence de limites ou de conséquences. Elle signifie plutôt que ces limites et conséquences sont expliquées et appliquées d'une manière qui respecte l'enfant et vise à son développement personnel. Les sanctions ou conséquences logiques, liées directement au comportement de l'enfant, remplacent les punitions arbitraires et participent à son apprentissage de la responsabilité et de l'autonomie.

Les enfants élevés dans un tel environnement apprennent à se comporter de manière responsable, non parce qu'ils craignent la punition, mais parce qu'ils comprennent et respectent les règles et leurs raisons d'être.

Les inconvénients des punitions

Les punitions ont de nombreux effets délétères qui invitent à ne plus les utiliser.

Les punitions sont néfastes pour le développement de l’enfant et la relation parent-enfant

Les punitions ont des impacts négatifs à plusieurs niveaux:

Émotions désagréables

Tout d'abord les punitions provoquent une souffrance psychologique immédiate en provoquant des émotions désagréables comme la colère, la tristesse, la culpabilité, la honte... D’ailleurs, la simple menace de punition peut générer de la peur, de l’anxiété ou du stress.

Impacts sur l’estime de soi 

Les punitions ont des effets néfastes sur l’estime de soi et la confiance en soi de l’enfant. Il peut se sentir dévalorisé et humilié. Lorsqu’elles sont répétées, les punitions peuvent faire croire à l’enfant qu’il est intrinsèquement mauvais ou incapable de se comporter correctement

Impacts sur la relation parent-enfant

Les punitions peuvent alimenter un ressenti d’injustice et du ressentiment de l’enfant vers son parent. Il y a de la rancœur, parfois une envie de revanche ou de rébellion qui abîment la relation parent-enfant.

De plus les punitions instaurent une relation de pouvoir, de domination entre un parent tout-puissant et son enfant. Elles créent un climat hostil.

Enfin les punitions engendrent des comportements d’évitement ou de dissimulation pour éviter la punition. Plutôt que de se construire sur la confiance, la relation va être polluée par la méfiance et les mensonges.

Les punitions sont inefficaces

L’annonce d’une punition a parfois un effet immédiat: le comportement inapproprié cesse! On pourrait alors se convaincre de l’efficacité des punitions… La réalité est bien différente.

Une étude publiée dans la revue Journal of Agression, Maltreatment and Trauma associe la réduction des capacités cognitives des enfants et les punitions sévères, surtout chez les enfants entre 5 et 9 ans. Autrement dit, loin de favoriser les apprentissages, la décharge de cortisol et d’adrénaline que provoque la punition limite sur le coup les facultés de pensées critiques et de raisonnement. 

De plus, les punitions perdent petit à petit leurs effets dissuasifs car l’enfant se désensibilise de ses effets. Cela engendre une escalade dans l’échelle des punitions (privé 1 heure d’écran, puis 1 jours, puis 1 mois…)

Et surtout, la punition se focalise sur le comportement inapproprié et n’enseigne absolument rien sur le comportement recherché!

Les bénéfices d’une éducation sans punition

L'adoption d'une éducation sans punition n'est pas seulement un changement de pratique. C'est une transformation profonde des dynamiques familiales. Cette approche bienveillante porte ses fruits à différents niveaux et sur plusieurs horizons temporels, offrant à la famille un cadre de vie harmonieux et constructif.

À court terme : Amélioration de la communication et réduction des conflits

En remplaçant la punition par le dialogue et la compréhension, tu ouvres un espace de communication authentique avec ton enfant. Ce changement d'attitude permet de désamorcer les tensions et de réduire significativement les conflits. L'enfant, se sentant écouté et compris, est plus enclin à exprimer ses besoins et ses émotions de manière constructive, ce qui favorise une résolution pacifique des désaccords.

À moyen terme : Renforcement de la confiance en soi de l’enfant et respect mutuel

L'éducation sans punition encourage l'enfant à réfléchir à ses actions et à leurs conséquences, plutôt que de craindre une punition.

Cette approche contribue grandement au renforcement de sa confiance en soi, car il apprend à se fier à son propre jugement et à prendre des décisions responsables.

A découvrir:   Pourquoi est-il si difficile d'élever un enfant?

De même, le respect mutuel s'enracine dans cette dynamique, où les besoins et les ressentis de chacun sont valorisés et pris en compte.

Le respect n'est plus une exigence unilatérale mais un échange réciproque, renforçant ainsi les fondations d'une relation parent-enfant équilibrée.

À long terme : Développement de compétences sociales et émotionnelles solides

Les effets les plus profonds de l'éducation sans punition se manifestent sur le long terme. Les enfants éduqués dans ce cadre développent des compétences sociales et émotionnelles remarquables.

La capacité à gérer leurs émotions, à faire preuve d'empathie, à communiquer efficacement et à résoudre les conflits de manière constructive sont autant d'atouts qui les accompagneront tout au long de leur vie.

Ces compétences sont essentielles non seulement pour leur épanouissement personnel mais aussi pour leur réussite dans les interactions sociales et professionnelles futures.

L'éducation sans punition s'inscrit donc dans une vision à long terme de l'épanouissement de l'enfant. En privilégiant le dialogue, le respect mutuel et la compréhension, tu poses les bases d'un développement harmonieux, où chaque membre de la famille apprend à grandir ensemble, dans l'écoute et le respect de l'autre.

Comment éduquer sans punition?

Punition ou sanction

Une fois encore, pas d'astuces ou de baguette magique...

Les pré-requis

Patience

Les enfants, à mesure qu'ils grandissent, expérimentent et apprennent petit à petit à la fois sur eux-mêmes et aussi sur le monde qui les entoure. La plupart des comportements qualifiés de “difficiles” ou “inappropriés” sont en réalité des phases d’apprentissage tout à fait normales.

Répondre avec patience signifie accepter ce processus d'apprentissage, reconnaître que les erreurs sont des opportunités de croissance et non des occasions de punition. Il n’y a rien d’anormal à ce que ton enfant n’éteigne pas l’écran tout de suite ou n’écoute pas ce que tu lui demandes de faire. Cela ne signifie pas qu’il faille le laisser faire, bien au contraire! Il faut le guider pour qu’il apprenne à le faire. Et parfois cela demande du temps… et donc de la patience pour voir enfin les résultats!

Cohérence

La cohérence est indispensable pour que l'enfant comprenne les attentes de ses parents et les limites de son environnement. Cela signifie appliquer les mêmes principes et règles de manière constante, sans contradiction ni changement inattendu.

Une approche cohérente dans l'éducation sans punition renforce le sentiment de sécurité de l'enfant: il sait à quoi s'attendre et comprend les conséquences logiques de ses actes. Cette prévisibilité est rassurante pour l'enfant et facilite son apprentissage des comportements appropriés.

Volonté d’apprendre et de changer

Adopter l'éducation sans punition implique souvent de remettre en question ses propres méthodes éducatives et, parfois, d'apprendre à désapprendre!

Cela demande une ouverture d'esprit et une volonté de se remettre en question, d'explorer de nouvelles stratégies éducatives et de s'adapter en fonction de l'efficacité de ces dernières. L'engagement dans un processus d'apprentissage continu est essentiel pour les parents eux-mêmes, car il permet de mieux comprendre les besoins de l'enfant et d'affiner les méthodes d'accompagnement et de guidance.

En cultivant la patience, la cohérence, et une volonté d'apprendre et de changer, tu jettes les bases d'une relation éducative enrichissante, qui favorisera le développement d'un enfant équilibré, confiant, et heureux.

Méthodes et techniques

Plutôt que de chercher à supprimer le comportement indésirable, il faut chercher à enseigner le comportement recherché. La clé est de faire le focus sur le comportement que tu souhaites que ton enfant apprenne.

Et pour cela il y a 3 phases:

En amont: établir des règles claires et cohérentes

La première étape pour une éducation efficace sans punition consiste à définir des règles claires et cohérentes.

Ces règles doivent être communiquées à l'enfant d'une manière qu'il puisse les comprendre, en tenant compte de son âge et de son développement cognitif.

Il est important que ces règles soient cohérentes, tant dans leur formulation que dans leur application, pour éviter toute confusion chez l'enfant.

Impliquer l'enfant dans le processus de création des règles peut également renforcer son engagement à les respecter, car il se sentira plus concerné et responsable.

Lors du comportement inapproprié: accompagner les difficultés

Lorsque ton enfant a un comportement inapproprié (elle ne respecte pas la règle, il court dans la maison, elle ne va pas se brosser les dents, il tape son frère…), tu peux dérouler les 

3 étapes pour accompagner ton enfant:

1- Décrire la difficultée de ton enfant

"Je vois que c’est difficile pour toi de ne pas courir dans la maison, d’aller te brosser les dents, de ne pas taper…"

2- Identifier les raisons qui peuvent expliquer cette difficulté

"Tu débordes d’énergie et tu as besoin de se dépenser, c’est bien ça?"

"Tu préfères jouer plutôt que d’aller à la salle de bain, je comprends."

"Tu es agacé parce que le petit frère demande beaucoup d’attention?"

3- Rechercher une solution ensemble pour aller vers le comportement désiré

"Qu’est-ce qui pourrait t’aider à ne plus courir dans la maison, à aller te brosser les dents tout de suite, à ne plus taper?"

Et tu peux faire des propositions.

A chaque réussite: valoriser le comportement

Une alternative aux punitions, pour renforcer les comportements, est de valoriser toutes les réussites, même les plus petites. Bien plus efficaces que la peur et les menaces, féliciter ton enfant lorsqu’il a eu le comportement approprié est la meilleure façon pour l’inciter à recommencer.

"Bravo, je vois que tu es allé te brosser les dents tout de suite!"

Les encouragements sont prodigieusement efficaces. C'est dommage de ne pas les utiliser plus souvent. A la différence des récompenses, il nourrisse le besoin relationnel d'être valorisé qui fait grandir la confiance en soi.

En complément si nécessaire: utiliser des “sanctions” ou des “conséquences logiques”

Au lieu de recourir à des punitions, arbitraires et injustes, l'éducation sans punition privilégie l'emploi des sanctions ou des conséquences logiques. Comme expliqué plus haut, il doit s’agir d’une sanction connue à l’avance, proportionnée et en rapport avec la règle.

Parfois, la situation ne se prête pas du tout à l’énoncé d’une sanction. Dans ce cas, inutile d'en chercher une... il y a de forts risques que finalement cela se transforme en punition! Et ont enfant peut très bien apprendre sans sanction.

Lorsqu’il y a eu des conséquences dommageables: encourager la réparation

Un verre a été cassé dans la bataille? Pour responsabiliser ton enfant, et l’amener à assumer les conséquences de ses actes, il est important de l’encourager à réparer les dégâts qu’ont engendrés son comportement.

Ces méthodes sont beaucoup moins efficaces que les punitions pour que l’enfant intègre un comportement. Et finalement, c’est beaucoup plus facile d’éduquer sans punir!

C'est ce que j'apprends aux parents que j'accompagne. Si tu souhaites en savoir plus, n'hésite pas à bénéficier d'un séance découverte gratuite de 30 minutes en cliquant sur ce lien.

Bibliographie: Thomas Gordon, auteur du livre Eduquer sans punir, Apprendre l'autodiscipline aux enfants.

Ces articles pourraient également t'intéresser:

Glossaire en parentalité
Comment éduquer sans punir?

N'hésite pas à poser tes questions en commentaires et à me dire ce que tu as pensé de cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Pour réduire les indésirables, ton adresse mail est nécessaire mais elle ne sera ni publiée, ni enregistrée et jamais utilisée pour t'envoyer des mails.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

PARTAGER

>