Bienvenue sur ce site qui t'accompagne pour développer une relation de qualité avec ton enfant!

Si c'est la 1ère fois que tu viens ici, tu auras sans doute envie d'en savoir plus sur les 4 piliers pour vivre un quotidien sans cris et devenir le parent confiant et serein dont ton enfant a besoin! Clique ici pour accéder gratuitement à la formation vidéo

Comment renforcer la confiance en soi de ton enfant?

Chaque parent aspire à ce que son enfant réussisse et s'épanouisse. Mais parfois les enfants doutent d’eux-mêmes et n’ont pas confiance en eux. Comment renforcer la confiance en soi d’un enfant dans une telle situation?

L'idée que la confiance en soi est un attribut fixe et immuable, avec lequel on naît, est une conception largement répandue, mais fondamentalement erronée. La confiance en soi, comme de nombreux aspects de notre personnalité, est en fait très plastique. Elle se nourrit de nos expériences, de nos succès, comme de nos échecs, et surtout, de notre capacité à apprendre et à grandir à partir de ces derniers.

Alors comment développer la confiance en soi de ton enfant et l’accompagner sur son chemin de vie pour qu'il puisse affronter la vie avec assurance?

Au programme dans cet article

Confiance en soi: de quoi parle-t-on vraiment?

Définition confiance en soi

Confiance en soi, estime de soi, amour de soi… quelles différences ?

La frontière entre confiance en soi, estime de soi, et amour de soi peut sembler floue. Chacun de ces termes décrit une facette différente de la manière dont les enfants se perçoivent et interagissent avec le monde autour d'eux.

La confiance en soi:

Elle fait référence à la foi en ses propres capacités, à la conviction de l’enfant qu’il peut y arriver. Et s’il n’y arrive pas tout de suite, la confiance en soi permet de traverser les échecs.

L'estime de soi:

Elle correspond à la valeur que l’enfant s’attribue, comment il ressent l’importance qu’il a en tant qu’être humain. Il s’agit pour l’enfant d'acquérir la conviction que oui, il est important et qu’il a toute sa place au sein de la famille, et de manière plus large de la société.

L'amour de soi:

Il décrit l'acceptation inconditionnelle de soi-même, le fait de vivre en paix avec ses qualités et ses défauts. Cela permet de développer le respect de soi-même.

Dans le langage courant, l’expression confiance en soi englobe les 3 éléments qui souvent sont liés. Il est rare d’avoir confiance en soi quand on a une mauvaise estime de soi et inversement. 

Les signes d’un manque de confiance en soi chez l'enfant

Attention, pour un enfant, dire une fois «C’est pas possible, je n’y arriverais pas!» n’est pas inquiétant.

Le manque d’assurance de ton enfant peut se manifester de différentes manières, subtiles ou évidentes. Voici une liste non exhaustive :

  • Des hésitations à essayer de nouvelles activités: l’enfant craint l’échec plus que le processus d’apprentissage lui-même. Il va dire  «Je n’y arriverai jamais» avant même d’avoir essayé.
  • Une tendance à se critiquer, à se dévaloriser. L’enfant va dire: «Je suis nul» ou «De toute façon, je ne comprends rien aux maths».
  • La comparaison devient une habitude, et l'enfant se voit toujours en position d'infériorité.
  • Une réticence à s'exprimer,
  • Un retrait social.

Le côté répétitif de l'un ou de plusieurs de ces comportements et leur inscription dans la durée alertent sur un manque de confiance en soi de l'enfant. Mais pas de panique, il est tout à fait possible d'aider ton enfant.

A découvrir:   Développer les compétences psychosociales de l’enfant

Les 3 préalables pour renforcer la confiance en soi d’un enfant

Un enfant confiant

1 - Instaurer un climat de sécurité émotionnelle

Un environnement familial où l'enfant se sent écouté, soutenu et compris est fondamental pour son développement émotionnel et sa confiance en lui. Cela signifie créer un espace où l'expression des émotions, qu'elles soient positives ou désagréables, est encouragée et acceptée sans jugement.

Ce sentiment de sécurité émotionnelle permet à l'enfant d'explorer ses ressentis, de comprendre ses réactions et de développer des stratégies adaptatives face aux différentes situations. Un tel environnement favorise également une communication ouverte entre parents et enfants, essentielle pour identifier et aborder les éventuelles inquiétudes ou difficultés qu'ils peuvent rencontrer.

Eduquer sans punir et se faire obéir sans crier sont des attitudes qui alimentent un climat de sécurité émotionnelle (clique sur chaque lien pour lire l'article)

2 - Éviter les comparaisons

Comparer un enfant à d'autres pourrait sembler, à première vue, un moyen de le motiver. Pourtant, cette approche provoque l'effet inverse. Elle nuit profondément à la confiance en soi de l’enfant. Chaque enfant grandit et apprend à son propre rythme. Chacun possède des talents et des capacités uniques. La comparaison crée une pression inutile.

Un enfant mesuré à l’autre peut en venir:

  • à douter de sa propre valeur,
  • à développer une peur de l'échec,
  • et à inhiber son désir d'essayer de nouvelles choses ou de prendre des initiatives.

Je t’invite à lire l’article sur Comment être patient avec tes enfants ? pour compléter le sujet de la comparaison.

3 - Travailler sur soi pour ne pas surprotéger

Protéger un enfant qui a une pathologie diagnostiquée ou qui a eu une maladie grave est légitime. Il n’y a pas à culpabiliser de cela.

Ce qui devient problématique pour l’enfant, c’est la surprotection. C’est-à-dire la protection démesurée, inadaptée à la situation de l’enfant.

La surprotection, bien que partant d'une intention aimante, peut entraver le développement de l’enfant. En effet, en lui évitant systématiquement de faire face à des difficultés, on le prive de l'opportunité d'apprendre à gérer l'échec, à trouver des solutions et à développer son autonomie. 

Et la surprotection peut involontairement envoyer le message que l'enfant n'est pas capable de surmonter les obstacles par lui-même. Cela peut affaiblir sa confiance en ses propres capacités.

Souvent, le parent surprotège son enfant, car il est envahi par ses propres craintes pour lui. Les peurs du parent l'amènent à ne plus voir les capacités de son enfant à faire des expériences et à s’en relever sans heurts. Dans ce cas, il peut être recommandé au parent de mener une réflexion sur lui-même pour que ses peurs ne mettent plus de voile sur les compétences de son enfant.

Les 7 attitudes parentales bénéfiques pour renforcer la confiance en soi d’un enfant

Développer la confiance en soi

1 - Accompagner la perception personnelle que ton enfant a de lui-même

L’enfant a besoin de «prendre» confiance en lui. Il ne s’agit donc pas pour le parent de lui «donner» confiance en lui. Les mots ici sont très important! En effet, il s'agit d’accompagner l’enfant pour qu’il « prenne » confiance en ses capacités.

Parfois, l’enfant doute de lui-même alors que le parent a la conviction que son enfant peut y arriver. Dans un tel cas, croyant bien faire, le parent va peut-être dire: «Je crois en toi, je sais que tu vas y arriver, tu es intelligent, tu es fort…» dans l’espoir de lui «donner» confiance en lui.

Or, ce dont a besoin un enfant qui manque de confiance en lui, c’est de se forger sa propre conviction qu’il peut y arriver, de changer sa perception de lui-même et de ses capacités, de « prendre » confiance en lui.

Et pour cela, lui dire ce que toi, parent, tu penses de lui, même s’il s’agit de compliments très positifs, n’est pas très aidant.

Je te propose plutôt de lui dire: «As-tu des idées pour faire ceci ou cela? Comment imagines-tu t’y prendre pour faire ceci ou cela?»

Cela permet à l’enfant de se connecter à lui-même et d’identifier petit à petit qu’il a les capacités pour faire. Et cela change la perception qu’il a de lui.

2 - Encourager ton enfant à se fixer des petits objectifs

Pour aider ton enfant à développer sa confiance, tu peux l’encourager à se fixer des petits objectifs réalisables.

Cette attitude a au moins 2 bénéfices :

  • tu rends ton enfant acteur de sa vie en lui permettant d’énoncer une action qu’il va mener;
  • tu lui permets à nouveau de se connecter à lui-même pour mesurer ce dont il est capable.

En fonction du degré de manque de confiance en soi de ton enfant, tu peux déjà valoriser le fait d’avoir réussi à fixer un objectif!

A découvrir:   Comment apprendre l'autonomie à l'enfant?

3 - Valoriser les efforts et le processus d'apprentissage plutôt que les succès

Valoriser uniquement les succès peut enseigner à l'enfant que seules les victoires comptent. Et cela ne valorise pas l'effort et la persévérance, compétences essentielles pour le développement de la confiance en soi de l’enfant.

Encourager l'effort et le processus d'apprentissage, indépendamment du résultat, aide l'enfant à comprendre que chaque étape est déjà une réussite! Cela lui permet de se concentrer sur ses progrès.

Petit à petit, ton enfant s'engagera dans des tâches même en présence d'obstacles, sachant que ses efforts seront reconnus et valorisés. Cela contribue à développer une résilience et une motivation intrinsèque, des qualités essentielles pour une confiance en soi durable.

4 - Aider ton enfant à voir l'échec comme une étape d'apprentissage

L'échec est inévitable et constitue une partie cruciale du développement personnel. Les parents jouent un rôle clé en modelant la réaction de l'enfant face à l'échec, une situation de non-réussite ou une déception, un mauvais résultat, une mauvaise performance, une erreur...

En présentant l'échec comme une opportunité d'apprentissage plutôt que comme un revers, tu aideras ton enfant à développer la résilience et à aborder les obstacles futurs avec une attitude constructive.

En tant que parents et éducateurs, créer des environnements où l'enfant peut expérimenter, échouer de manière sécurisée, et réussir est essentiel. 

5 - Inviter ton enfant à célébrer ses expériences réussies

Les succès, petits et grands, renforcent la confiance en ses propres capacités. Chaque défi surmonté, chaque compétence acquise sont des preuves tangibles pour l'enfant de ce qu'il peut accomplir. 

Lorsqu’il n’a pas réussi une action dans son intégralité, il est important de célébrer ce qui est néanmoins acquis, ce que l’enfant sait déjà faire.

Tu peux inviter ton enfant à dire  «Aujourd'hui, voilà ce que j’ai appris, voilà ce que j’ai réussi…»

Cela peut vraiment booster la confiance en soi de ton enfant.

6 - Encourager ton enfant à prendre des décisions

Tu peux commencer par des choix simples, comme sélectionner un vêtement ou choisir un livre à lire, puis évoluer vers des décisions plus complexes au fur et à mesure que ton enfant grandit. Ce processus l’aidera à se sentir compétent et à prendre confiance dans ses capacités décisionnelles.

Et en plus, cela favorise son autonomie et sa responsabilité personnelle.

7 - Le rôle bénéfique des activités extrascolaires pour développer la confiance en soi de l’enfant

Qu'il s'agisse de sports, de musique, d'art, de théâtre, ou de clubs de science, ces activités offrent une plateforme pour explorer de nouveaux intérêts et développer des compétences dans un cadre moins formel que l'école.

Elles permettent aux enfants de se fixer des objectifs personnels et de travailler à leur réalisation. Elles offrent des opportunités de succès qui renforcent la confiance en soi.

Je t’invite à choisir des activités alignées avec les intérêts de ton enfant pour garantir non seulement une participation plus active, mais aussi une expérience plus enrichissante et valorisante.

Il n’existe pas une activité spécifiquement recommandée pour développer la confiance en soi. J’ai souvent entendu qu’il était conseillé d’inscrire au judo un enfant qui manque d’assurance… Selon moi, s’il n’aime pas la compétition, cela ne l'aidera pas beaucoup. L’important est de trouver ce qui plaît à ton enfant avec, comme priorité numéro 1, qu’il y prenne plaisir!

6 outils pour développer la confiance en soi de ton enfant

Mur des réussites

L'objectif est de proposer des activités qui stimulent l'autonomie, la résilience et le ressenti de compétence.

Voici une sélection d’outils adaptés à cet âge, conçus pour encourager le développement personnel dans un cadre ludique et positif.

Attention: certains activités vont plaire à certaines enfants et déplaire à d'autres... une fois de plus il n'y a pas de baguette magique! Il ne s'agit pas d'astuces qui marchent à tous les coups. Et il s'agit de trouver avec ton enfant ce qui lui convient et lui permet de cheminer vers plus de confiance en lui.

1- Le mur des réussites

Créez ensemble un mur des réussites où chaque réussite, petite ou grande, est notée sur un post-it et collée sur le mur. Cela peut inclure des tâches scolaires accomplies, des défis personnels relevés, ou même des actes de gentillesse. Cet exercice aide l'enfant à visualiser ses succès et renforce l'idée que ses efforts sont reconnus et valorisés.

2- Le vase des succès

Dans le même esprit, il s'agit de remplir un récipient avec chaque petit ou grand succès du quotidien. L'enfant peut choisir de remplir le vase avec des perles, des coquillages, un petit mot ou tout autre élément qui lui convient.

3- Les jeux de rôle

Les jeux de rôle permettent aux enfants d'expérimenter différentes situations sociales, de développer des compétences de communication et d'empathie.

A découvrir:   Comment gérer les devoirs à la maison: 9 conseils pratiques

Crée des scénarios variés où ton enfant doit résoudre un problème, aider un ami, ou se présenter à un groupe. Ces jeux encouragent l'expression de soi et la prise d'initiative dans un cadre sécurisant.

4- La boîte à défis

Constituez ensemble une boîte à défis contenant des activités variées que l'enfant peut réaliser seul ou avec l'aide d'un adulte.

Ces défis peuvent être intellectuels (résoudre un casse-tête), physiques (apprendre une nouvelle figure de sport), ou créatifs (réaliser un petit projet d'art). Choisir et relever un défi renforce le sentiment d'autonomie et de compétence.

Puis tu peux valoriser la prise de risque, la tentative, le fait d'essayer. Et si l'enfant réussit, plutôt que de le féliciter pour sa réussite, je t'invite à échanger avec lui sur ce qu'il a mis en oeuvre pour réussir. Cela lui permet de se connecter à ses compétences

5- Séances de réflexion positive

Instaure des moments réguliers où vous discutez des expériences positives de la journée. Encourage ton enfant à exprimer ce dont il est fier, les obstacles qu'il a surmontés, ou les nouvelles choses apprises. Ces séances de réflexion développent une attitude positive et aident l'enfant à reconnaître ses propres progrès.

Que l'expérience soit réussie ou non, j'ai systématiquement questionnés mes enfants sur ce qu'ils avaient appris, de positif comme de négatif, grâce à ce qu'ils avaient vécu. Cela les a profondément aidé à s'enrichir de leurs expériences. Et à l'age adulte, lorsqu'ils me parlent de ce qu'ils vivent, ils concluent souvent en disant "ce que ça m'a appris, c'est que....."!

6- L’Arbre des Talents

Fabrique un arbre des talents où chaque branche représente un talent ou une qualité de ton enfant. Ensemble, ajoutez des feuilles à l'arbre pour chaque nouveau talent découvert ou amélioré. Cet exercice aide l'enfant à prendre

Adapter les stratégies de renforcement de la confiance en soi à chaque enfant

Manque de confiance en soi

Soutenir les enfants particulièrement timides ou anxieux

Les enfants timides ou anxieux nécessitent une attention particulière pour surmonter leurs barrières internes et développer leur confiance en soi.

Comprendre leurs peurs sans les juger est la première étape pour les aider efficacement. Il est important de leur offrir des encouragements constants et de célébrer même leurs plus petites victoires. Cela peut grandement contribuer à les sortir de leur coquille.

Pratiquer des activités dans un environnement sécurisé, où ils se sentent à l'aise, peut progressivement les amener à prendre des risques calculés.

Par ailleurs, les aider à développer des compétences de communication à travers des jeux de rôle ou des activités en groupe peut renforcer leur assurance dans des interactions sociales.

Ajuster les approches en fonction des réactions et préférences de l’enfant

Chaque enfant est unique, et ce qui fonctionne pour l'un peut ne pas fonctionner pour un autre. Être attentif aux signaux que l'enfant envoie, permet d'ajuster les méthodes de renforcement de la confiance en soi. Si une activité particulière semble les décourager, il peut être judicieux de l'adapter ou d'essayer quelque chose de nouveau qui correspond mieux à leurs intérêts et à leur niveau de compétence.

Encourager l'autonomie en le laissant choisir les activités ou les défis qu'il souhaite relever peut également être bénéfique. Cela leur donne un sentiment de contrôle sur leur apprentissage et renforce leur motivation intrinsèque. 

Enfin, il est crucial d'écouter leurs opinions et sentiments concernant leurs progrès et les défis rencontrés. Cela peut fournir des indices précieux sur la manière d'ajuster les stratégies de soutien pour qu'elles soient plus efficaces.

Questions de parents pour renforcer la confiance en soi d’un enfant

Manque de confiance en soi

« Mon enfant ne veut pas essayer parce qu'il a peur de l'échec » : stratégies de motivation

La peur de l'échec peut paralyser les enfants, les empêchant d'explorer et de grandir. Pour ces enfants, il est important qu’ils se sentent aimés et valorisés, indépendamment de leurs succès ou de leurs échecs.

Quand ton enfant ne veut pas essayer, il est inutile d’insister. Au préalable, il convient de créer un climat propice à ce qu’il se sente rassurer de faire un essai. Voici ce que tu peux faire en amont :

  • Normaliser l'échec en expliquant que chaque revers est une étape vers la réussite, et non un signe de faiblesse ou d'incapacité. Tu peux lui raconter des histoires de personnes célèbres qui ont échoué à maintes reprises avant de réussir, ou lui donner des exemples de ta propre histoire.
  • Dès que l'occasion se présente, célèbrer les tentatives autant que les réussites, et montre-lui que l'effort est plus important que le résultat.
  • Encourager les échanges après des tentatives manquées pour trouver ensemble ce qui peut être appris de chaque expérience.
  • Introduire des activités à faible enjeu où l'échec a peu de conséquences réelles, pour que ton enfant puisse expérimenter en toute sécurité.

Petit à petit, il va prendre confiance en lui pour oser essayer.

« J’ai peur que si j'encourage mon enfant pour des petites choses normales de la vie, cela le rende arrogant » : distinction entre confiance en soi et arrogance

La confiance en soi se caractérise par une évaluation réaliste et positive de ses capacités et de sa valeur, accompagnée d'une ouverture au monde et à l'apprentissage. Elle se manifeste par une attitude de résilience, de curiosité et d'humilité face à la nouveauté et à l'échec.

À l'inverse, l'arrogance est souvent le signe d'une surestimation de soi et d'un manque d'empathie envers autrui. Elle peut masquer des insécurités profondes et empêcher l'enfant de développer de véritables compétences sociales et émotionnelles.

Encourager ton enfant à reconnaître ses forces tout en restant conscient de ses limites et ouvert à l'apprentissage contribue à développer une véritable confiance en soi plutôt qu'une façade d'arrogance.

La crainte que ton enfant devienne arrogant si tu le valorises est infondée :

  • lorsque la valorisation porte sur les efforts fournis par l’enfant;
  • et lorsque le parent s’abstient de comparer avec un autre.

En mettant en place, petit à petit, toutes ces attitudes, tu vas pouvoir aider ton enfant à renforcer sa confiance en soi.

Ces articles pourraient également t'intéresser:

Glossaire en parentalité
Comment éduquer sans punir?

N'hésite pas à poser tes questions en commentaires et à me dire ce que tu as pensé de cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Pour réduire les indésirables, ton adresse mail est nécessaire mais elle ne sera ni publiée, ni enregistrée et jamais utilisée pour t'envoyer des mails.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

PARTAGER

>