Bienvenue sur ce site qui t'accompagne pour développer une relation de qualité avec ton enfant!

Si c'est la 1ère fois que tu viens ici, tu auras sans doute envie d'en savoir plus sur les 4 piliers pour vivre un quotidien sans cris et devenir le parent confiant et serein dont ton enfant a besoin! Clique ici pour accéder gratuitement à la formation vidéo

Comment apprendre la gratitude aux enfants et pour quels bienfaits?

Savais-tu qu’apprendre la gratitude aux enfants était très bénéfique pour leur développement et leur future vie d’adulte ? La gratitude, ce n’est pas simplement faire acte de politesse. C’est une reconnaissance bien plus étendue et un regard positif porté sur la vie.

Je te propose d’explorer ce sentiment et ce que la psychologie scientifique dit du pouvoir de la gratitude. Puis je te donnerai quelques pistes pour la cultiver au quotidien avec tes enfants. Tel un muscle, il est effectivement important de la solliciter régulièrement pour amplifier ses effets positifs

La gratitude

La gratitude est une émotion. Elle naît de la reconnaissance et de l'appréciation des choses positives dans notre vie, qu'elles soient grandes ou petites. Ce n'est pas seulement un merci poli et sincère. C’est une reconnaissance profonde, à la fois pour le bienfait ressenti et pour la personne, la situation ou la chose qui en est à l’origine. On peut d’ailleurs éprouver de la gratitude envers soi

Admettons par exemple que l’on mette fin à une relation toxique. La démarche peut être difficile, mais une fois effectuée, on se sent plus léger, moins stressé. On peut alors être fier de soi-même et du chemin parcouru. On gagne en estime de soi et confiance. De quoi être reconnaissant envers soi-même pour le bien que l’on se fait, pour le soin que l’on se porte

Au quotidien, on peut éprouver de la gratitude pour de nombreuses choses : 

  • pour ce potager qui nous nourrit ;
  • pour ce sourire d’enfant qui nous fait fondre ou ce rire aux éclats communicatif ;
  • pour ce voisin qui nous dépanne d’un œuf ;
  • pour cet interlocuteur dans une instance administrative qui nous a démêlé un dossier compliqué, etc.

Le pouvoir de la gratitude : 4 bienfaits

Empathie et gratitude

Les recherches dans le domaine de la psychologie, des neurosciences et de l’éducation ont mis en lumière plusieurs bienfaits de la pratique de la gratitude, notamment en termes de santé physique et mentale

Robert Emmons, professeur de psychologie de l’Université de Californie est l’auteur de plusieurs d’entre elles ainsi que du livre Merci ! Celle qu’il a menée en 2003 a conclu sur un évident impact positif de la gratitude sur les émotions. Les résultats montrent que se concentrer délibérément sur les aspects positifs de la vie offre des bénéfices émotionnels et améliore les relations interpersonnelles

Dans cette même étude, une intervention de gratitude de 21 jours a été proposée à un échantillon d'adultes atteints d'une maladie neuromusculaire. Ces patients ont témoigné d’un plus grand nombre d'humeurs positives et d’un plus grand sentiment de connexion avec les autres. Ils ont manifesté des évaluations plus optimistes de leur vie et une meilleure durée et qualité du sommeil, comparativement à un groupe témoin.

Des études ont également été réalisées sur des groupes d’adolescents. Celle de Froh, Sefick et Emmons en 2008 a exploré comment la gratitude pouvait affecter le bien-être et d’autres aspects positifs de la psychologie chez 221 jeunes adolescents. Les résultats ont montré que ceux qui pratiquaient la gratitude rapportaient plus de bien-être, d’optimisme, de satisfaction dans la vie et moins d’émotions négatives, que les groupes soumis aux tracas et contrôle. Les adolescents qui s’entraînaient à être reconnaissants, avaient notamment des attitudes plus positives envers l'école et leur famille.

Le développement de l'empathie et de l’altruisme

La pratique de la gratitude aide les enfants à développer l'empathie (clique ici pour lire l'article comment développer l'empathie de ton enfant). Elle encourage à reconnaître et apprécier les actes de gentillesse et les contributions des autres. Elle invite à une meilleure compréhension et appréciation des sentiments d’autrui.

La gratitude nous apprend à nous focaliser sur les aspects positifs que les autres apportent à notre vie. On développe ainsi une sensibilité accrue aux expériences des autres. On renforce notre capacité à faire preuve d’empathie

A découvrir:   Comment avoir une bonne relation avec ton enfant?

Les chercheurs se sont également penchés sur l’impact de la gratitude sur l’altruisme. Chez les personnes faisant preuve de reconnaissance, l’imagerie médicale révèle une plus grande activité des régions cérébrales liées à la récompense lors de gestes altruistes. Les participants qui pratiquaient la gratitude au quotidien ont déclaré plus souvent avoir aidé quelqu'un ayant un problème personnel ou avoir offert un soutien émotionnel à une autre. Ce fut bien moins le cas pour les personnes soumises à des problèmes. Cette étude a mis en évidence le lien entre la gratitude et un altruisme accru. 

En même temps, ceci n’est guère étonnant puisque la gratitude accroît l’empathie, qui est elle-même un moteur de comportements altruistes.  Quand une personne est en mesure de se mettre à la place d'une autre, elle est plus encline à agir de manière désintéressée pour aider. 

Cette association entre gratitude, empathie et altruisme contribue au déploiement de comportements prosociaux bénéfiques.

La construction de relations sociales saines

De fait, en développant le respect et la reconnaissance envers les autres, la gratitude aide à bâtir des relations sociales saines et respectueuses.

En effet, elle invite à apprécier, à leur juste valeur, les actes de gentillesse et de soutien des autres. On a souvent tendance à se focaliser sur les défauts de l’autre, à être dans le jugement, qui plus est négatif. À tel point que certains détails peuvent finir par devenir insupportables. 

La gratitude apprend à voir avant tout ce que l’autre apporte dans notre vie. Elle instaure un climat positif. Et comme nous venons de le voir, elle incite naturellement à faire acte de gentillesse et de soutien en retour. Les relations sont plus harmonieuses, solides, enrichissantes et épanouissantes.

Une vision positive de la vie

Dans une ère dominée par la consommation et la poursuite de la satisfaction immédiate, la gratitude permet aux enfants d'apprécier ce qu'ils ont. Elle leur permet de trouver du bonheur dans les aspects simples de la vie.

Ainsi, dans l’étude de 2008 citée précédemment, les jeunes adultes, pratiquant quotidiennement des exercices de gratitude autogérés, ont montré une augmentation de leur :

  • vigilance ;
  • enthousiasme ;
  • détermination ;
  • attention ;
  • et énergie. 

Ce constat fut établi comparativement aux adolescents des autres groupes : les uns se concentraient sur leurs soucis ; les autres considéraient avant tout qu’ils étaient mieux lotis. Ces derniers utilisaient la comparaison sociale négative. Il n'a cependant été observé aucune différence significative dans les niveaux d'émotions déplaisantes entre les trois groupes.

Le bien-être émotionnel et la résilience

La gratitude encourage donc une vision plus optimiste et positive de la vie. Elle donne ainsi plus de force à ceux qui la pratiquent, pour surmonter les défis. Elle les aide à se concentrer sur les aspects positifs de leur vie, même en période de difficultés. Cela leur permet de mieux gérer les épreuves et le stress en mettant l'accent sur ce qui va bien plutôt que sur les aspects négatifs. Ils font preuve de plus grandes capacités d’adaptation aux situations adverses.

La gratitude s’avère être un outil efficace pour développer et maintenir un bien-être émotionnel. Elle renforce la résilience. Dans un contexte marqué par le stress, la pression, ces habiletés sont plus qu’appréciables.

Et pour aller plus loin, tu peux également apprendre à pardonner à tes enfants (clique pour lire l'article)

4 pistes pour apprendre la gratitude aux enfants

Moment de partage père fils

On pourrait croire que pratiquer la gratitude, c’est un peu vivre dans un monde de Bisounours. L’idée serait que même quand un événement tragique survient, on garde le sourire et on voit la vie en rose. Loin de là pourtant. Je rejoins l’avis du médecin et écrivain, Baptiste Beaulieu, sur le sujet. 

Dans son album jeunesse, On a deux yeux pour voir (Les arènes, 2023), il explique que son propos n’est pas de tenir un discours du genre «il faut toujours voir le positif dans la vie !». Il rappelle qu’il existe des blessures dont on ne guérit pas… Mais « c’est à l’humanité de se retrousser les manches et d’être cette partie agissante qui répare ce que le monde nous inflige ».

Pour devenir ces humains en mesure d’aider ceux qui sont frappés par les malheurs (et donc parfois soi-même), l’apprentissage de la gratitude constitue une bonne base. Elle fait de nous des êtres empreints d’humanité, solidaires et bons. 

A découvrir:   Utiliser la communication non violente: est-ce difficile?

Certes, mais comment enseigner cette gratitude, qui va bien au-delà des mots de politesse?

Modélisation par l’exemple

L’imitation est un des modes d’apprentissage privilégié par les enfants. Combien de fois as-tu eu l’impression que ton enfant se transformait en mini toi pendant qu’il jouait. Il reprend tes expressions, tes mimiques. Alors s’il y a bien une piste à explorer pour apprendre la gratitude, c’est celle du modèle. 

En exprimant régulièrement ta propre reconnaissance pour les petites choses de la vie quotidienne, en manifestant ta gratitude dans tes actions journalières, tu montres l’exemple à tes enfants.

Même s’il n’est pas interdit de se plaindre, réduire le nombre de phrases négatives dans la journée est déjà un bon début. On a tendance à ne retenir que ce qui ne s’est pas bien passé. Alors que finalement, si on inversait sa façon de voir les choses, on se rendrait compte qu’au quotidien, de nombreux moments sont agréables et satisfaisants. 

Plutôt que de voir en priorité la chambre en désordre, la pile de linge qui attend, les devoirs à gérer, tu peux te réjouir :

Tu peux te remémorer ce message échangé avec une amie dans la journée et qui t’a donné le sourire.

Un rire, un sourire, un regard admiratif ou émerveillé, surpris ou curieux de tes enfants n’effacent-ils pas les petits tracas du jour qui, eux, ne demandent qu’à prendre le devant de la scène ?

Bien sûr, quand on vit des situations douloureuses physiquement et émotionnellement, la donne est différente. On peut dans ce cas se faire aider pour avancer, cheminer avec cette blessure à l’aide de la gratitude notamment.

Rituels quotidiens de gratitude

Une maman m’expliquait qu’un de ses enfants avait traversé, au cours de son enfance, puis adolescence, des épisodes anxieux difficiles. En plus des soins auprès d’un psychologue, elle proposait tous les soirs à son fils d’écrire dans un carnet, les 3 petits bonheurs du jour. L’exercice n’était pas aisé : quand on voit la vie en noir, on a du mal à trouver des moments qui nous ont mis du baume au cœur dans la journée. C’est en ça que la gratitude relève de l’entraînement. Plus on pratique l’exercice, plus ces instants agréables nous viennent facilement à l’esprit. Et plus on les savoure sur le moment. On inverse sa perception des choses.

Ce petit carnet, c’est souvent que l’on appelle un journal de gratitude. On peut encourager ses enfants à en tenir un dans lequel ils peuvent écrire ou dessiner les choses pour lesquelles ils sont reconnaissants. En 2003, les chercheurs Emmons et McCullough ont ainsi mené une comparaison expérimentale : chaque semaine, un groupe s’exerçait en tenant un journal de gratitude. Les autres se concentraient sur leurs problèmes ou le train-train quotidien. Le premier groupe a manifesté moins de symptômes physiques, une vie globalement meilleure et bien plus d’optimisme pour la semaine suivante que les deux autres groupes.  

Ce petit rituel de gratitude peut également se réaliser oralement, en famille, autour de la table, pendant le dîner par exemple. C’est l’occasion d’apprendre aux enfants à exprimer leur reconnaissance, pour les cadeaux, les gestes, les actes de gentillesse et de soutien qu’ils reçoivent. 

Lectures, histoires et contes abordant la gratitude

Avec des enfants, la lecture de livres ou les histoires racontées sont un bon moyen de mettre en valeur la gratitude. Ces supports peuvent les aider à comprendre ce sentiment et à en apprécier la valeur.

Un très grand classique, qui date de 1982, est L’arbre généreux, de Shel Silverstein. Il est toujours édité par l’École des loisirs. 

Personnellement, j’adore le conte des Trois grains de riz, d’Agnès Bertron-Martin (Père Castor - Flammarion, 2018) et La légende du colibri (plusieurs éditions disponibles). 

Tu peux regarder également du côté de Palmero dit merci de Eva Milla Molina (Readers’s Digest, 2017) ou Merci mon corps d’Ophélie Cellier (Mango Jeunesse, 2022).

A découvrir:   Comment renforcer le lien parent-enfant?

Activités de gratitude en famille

Au-delà d’un rituel quotidien lors du dîner familial, d’autres activités liées à la gratitude peuvent impliquer les membres de la famille. 

Il est ainsi possible de créer un «mur de gratitude» à la maison ou d’écrire des lettres de remerciement aux amis et aux membres de la famille. C’est aussi une action que l’on retrouve parfois en classe. Certains professeurs profitent d’un temps de production, d’écrit ou d’arts visuels, pour inviter les élèves à écrire ou dessiner pour un autre élève de la classe.

Tu peux aussi identifier des projets solidaires ou de bienfaisance et proposer à l’ensemble de la famille d’y participer. Il peut s’agir de trier les jouets dont on ne veut plus pour les donner à des associations qui les distribueront à des enfants qui n’en ont pas. 

En participant à des activités de bénévolat ou à des projets de service communautaire, les enfants apprennent à apprécier ce qu’ils ont et la valeur du don, en retour.

Quelles sont les difficultés liées à l’apprentissage de la gratitude aux enfants?

Exprimer sa gratitude

Savoir pratiquer la gratitude soi-même 

On ne peut transmettre que ce que l’on connaît déjà bien soi-même. Une des premières difficultés que tu peux rencontrer pour enseigner la gratitude, c’est de ne pas savoir l’exercer. S’en rendre compte, le reconnaître est déjà un grand pas. 

Dans un quotidien stressant et surchargé, il peut être délicat d’inverser son mode de pensée pour voir du beau, de l’agréable dans le présent quand on ne ressent que de l’oppression et de la fatigue. 

On peut être naturellement résistant à l’idée de reconnaître et d’exprimer des émotions positives. Dans des situations difficiles, il peut être ardu d'identifier les aspects positifs de sa vie. Et on peut avoir une personnalité qui nous fait nous sentir mal à l'aise pour exprimer sa gratitude aux autres. D’autant plus que notre société française est plus réputée pour son côté râleur que pour sa reconnaissance. La gratitude est encore bien trop timidement affichée. 

Nous l’avons vu, la gratitude ne signifie pas ignorer les problèmes ou les sentiments négatifs. Il s’agit plutôt de trouver un équilibre, entre la difficulté et le bon ou le beau, même infime. Mon enfant est malade : l’appel de l’école met fin plus tôt que prévu à ma journée de travail. Je dois trouver un rendez-vous chez le médecin. Je cours, je suis inquiète pour sa santé, pour l’organisation qu’il va falloir mettre en place. Je suis épuisée… mais je suis reconnaissante, car c’est finalement bénin, juste un des multiples virus de rhume dont tout humain croise un jour le chemin dans sa vie. Et nous avons passé un moment câlin à lire des livres en salle d’attente.

Patience et persévérance

La gratitude nécessite une pratique régulière pour devenir une habitude intégrée. Cela peut relever du défi dans un quotidien chargé. Elle demande de ralentir, de lâcher prise, de se poser, de savourer un instant suspendu pour observer :

  • un oiseau qui se pose sur la rambarde du balcon ;
  • un écureuil qui vient se nourrir dans le jardin ;
  • et un enfant qui s’émerveille de ce spectacle… par exemple.

L'apprentissage de la gratitude est un processus. Cela nécessite d’être patient et persévérant envers soi-même et envers ses enfants. N’hésite pas à célébrer chaque petit progrès. C’est un état d’esprit qui aide au quotidien à avancer dans la vie, à l’apprécier. Crois-moi, c’est un bonheur d’être dans l’action, dans l’appréciation plutôt que dans la plainte

L'adoption de la gratitude comme pratique quotidienne s'avère donc être une méthode efficace pour :

  • développer l’empathie et l’altruisme;
  • renforcer les relations interpersonnelles;
  • accroître la satisfaction générale de la vie et le sentiment de bien-être;
  • cultiver des pensées positives et réduire le stress et l'anxiété.

Présenté comme ça, c’est un peu magique la gratitude. C’est surtout chimique puisque cette émotion peut accroître la sécrétion des hormones dites du bonheur. En effet, l’optimisme augmente la production des substances neurochimiques, que sont la dopamine, l’ocytocine et la sérotonine.

Sans oublier, comme l’explique le psychiatre et psychothérapeute Christophe André, que la gratitude est «bénéfique à l’estime de soi, car elle augmente le sentiment d’appartenance à un groupe, à une lignée, à une collectivité humaine».


Ces articles pourraient également t'intéresser:

Glossaire en parentalité
Comment éduquer sans punir?

N'hésite pas à poser tes questions en commentaires et à me dire ce que tu as pensé de cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Pour réduire les indésirables, ton adresse mail est nécessaire mais elle ne sera ni publiée, ni enregistrée et jamais utilisée pour t'envoyer des mails.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

PARTAGER

>